Gendarmerie royale du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Nos services de police fédérale

Notre intervention opérationnelle est organisée en cinq secteurs de priorité :

Crimes graves et crime organisé

Les groupes et réseaux du crime organisé commettent des crimes qui menacent la sécurité des Canadiens ainsi que l’intégrité de l’économie. Le milieu dans lequel évolue le crime organisé se transforme sans arrêt : il devient de plus en plus complexe et de plus en plus sophistiqué.

Le crime organisé au Canada varie des gangs de rue qui exercent des répercussions directes et visibles sur les collectivités locales aux réseaux très sophistiqués qui réalisent des opérations à l’échelle nationale et internationale.

Les principales activités du crime organisé comprennent le trafic de drogues illicites, la criminalité financière, la traite de personnes et la migration clandestine, la fraude, le vol, et le trafic de biens de contrebande et contrefaits.

Le Code criminel définit comme organisation criminelle un groupe, quel qu’en soit le mode d’organisation :

a) composé d’au moins trois personnes se trouvant au Canada ou à l’étranger;
b) dont un des objets principaux ou une des activités principales est de commettre ou de faciliter une ou plusieurs infractions graves qui, si elles étaient commises, pourraient lui procurer – ou procurer à une personne qui en fait partie –, directement ou indirectement, un avantage matériel, notamment financier.

Criminalité financière

La criminalité financière a des répercussions négatives importantes sur l’intégrité de l’économie d’un pays. Les activités criminelles motivées par le profit sont considérables et loin d’être sans victimes.

Les criminels et les groupes du crime organisé utilisent les produits de la criminalité pour assurer la survie et la croissance de leur organisation, pénétrer et corrompre les secteurs commerciaux légitimes et les collectivités honnêtes, et, en fin de compte, prospérer en accumulant des richesses.

La criminalité financière peut comprendre la fraude, le blanchiment d’argent, la manipulation du marché, le vol, la fraude fiscale, la corruption, la subornation, le détournement, l’usurpation d’identité, la contrefaçon et d’autres activités criminelles. L’activité économique illégale entraîne pour les Canadiens le vol ou le détournement de leurs avoirs et peut avoir des répercussions négatives durables sur l’économie légitime.

Sécurité nationale

Le mandat en matière de sécurité nationale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) est de grande envergure et englobe les enquêtes criminelles liées à la sécurité nationale, le renseignement tactique et stratégique, la gestion des incidents critiques, la prévention, l’intervention, et la police de protection.

Diverses menaces relèvent des Services nationaux de police, y compris le terrorisme, les activités assujetties à une influence étrangère, l’espionnage, la protection des infrastructures essentielles et la contre-prolifération.

Le terrorisme est diversifié et varie des efforts concertés comme le financement et le recrutement à la planification et à l’exécution d’attaques. L’accent que la GRC met actuellement sur la sécurité nationale touche les personnes qui se mobilisent en vue de commettre des actes de violence, dont les voyageurs à haut risque qui tentent de se rendre à l’étranger pour se livrer à des activités terroristes ainsi que les personnes et les groupes dont le but précis est de commettre des attaques motivées par l’idéologie ou la politique au Canada.

Cybercriminalité

L’équipe de la cybercriminalité enquête sur les menaces les plus importantes pour l’intégrité politique, économique et sociale du Canada qui auraient une incidence négative sur la réputation et l’économie du Canada, et elle peut s’attaquer à des cybercrimes ciblant le gouvernement fédéral ainsi que les infrastructures essentielles et d’autres cybersystèmes essentiels du Canada.

La Stratégie de lutte contre la cybercriminalité définit les menaces de cybercriminalité et en établit l’ordre de priorité au moyen de la collecte et de l’analyse de renseignements; cible les cybercriminels grâce à des mesures de répression et d’enquête adaptées; et soutient les enquêtes sur la cybercriminalité grâce à des compétences, à de la formation et à des outils spécialisés.

Les actes de cybercriminalité sont divisés en deux catégories :

  • les infractions où la technologie est la cible – actes criminels qui ciblent des ordinateurs et d’autres technologies de l’information, notamment ceux qui concernent l’utilisation non autorisée d’ordinateurs ou les méfaits concernant des données;
  • la technologie comme instrument – infractions criminelles où les technologies de l’information et Internet sont essentiels à la perpétration d’un crime relatif à la fraude, à l’usurpation d’identité, à la violation de la propriété intellectuelle, au blanchiment d’argent, au trafic de drogues, à la traite de personnes, au crime organisé ou aux activités terroristes, à l’exploitation sexuelle des enfants ou à la cyberintimidation.

Police de protection

Ce programme permet d’offrir des services de sécurité au gouverneur général, au premier ministre, aux ministres, aux juges de la Cour suprême du Canada, dans les lieux protégés (p. ex. ambassades), aux dignitaires étrangers et aux personnes jouissant d’une protection internationale. Il assure aussi la sécurité dans le cadre de grands événements et de certains vols de transporteurs aériens canadiens.

Les services de soutien des unités opérationnelles et les priorités comprennent ce qui suit :

Renseignements criminels

Grâce à son Programme des renseignements criminels, la GRC produit des renseignements exploitables qui permettent de faire progresser les enquêtes criminelles et d’éclairer la prise de décision des hauts fonctionnaires sur les menaces, les risques et les possibilités. Les employés du programme sont chargés d’élaborer, de coordonner et de distribuer les produits de renseignements criminels au sein du service de police national du Canada.

À l’appui des opérations policières visant les crimes graves et le crime organisé, la criminalité financière, la cybercriminalité, et la sécurité nationale, le Programme des renseignements criminels renforce la capacité de la GRC de protéger les Canadiens contre les tendances criminelles actuelles ou nouvelles en leur transmettant des renseignements criminels tactiques et stratégiques.

Le domaine du renseignement fait partie intégrante du travail quotidien des employés de la GRC visant à combattre le crime au Canada et à l’étranger.

Service divisionnaire du soutien aux affaires fédérales

Le Service divisionnaire du soutien aux affaires fédérales assure une expertise et un soutien essentiel à tous les secteurs opérationnels de la Division O de la GRC, à savoir :

  • services d’un aéronef à voilure fixe;
  • Les Services de criminalistique numérique (SCN), qui apporte une expertise technique sur le plan des enquêtes sur les délits informatiques, notamment une aide pour les analyses judiciaires;
  • Programme fédéral de protection des témoins et son application dans le cadre d’enquêtes à risque élevé qui nécessitent une protection de témoins;
  • techniques d’enquête secrètes et personnel secret;
  • gestion électronique des cas graves en vue de la tenue à jour et du stockage de données d’enquête conformes à un ensemble normalisé de règles opérationnelles;
  • Groupe de l’identité judiciaire, qui appuie tous les aspects de la collecte d’éléments de preuve judiciaires;
  • Sous-direction des services techniques de protection, qui gère les programmes mécaniques et électroniques de sécurité de la Division, notamment en ce qui concerne les coffres-forts et les chambres fortes, ainsi que les alarmes antieffraction et les systèmes de contrôle d’accès et de sécurité à déploiement rapide.

Services intégrés

La Division O de la GRC renforce ses opérations policières en travaillant étroitement avec des partenaires policiers et d’autres organismes d’application de la loi pour assurer la sécurité des Canadiens. Les services intégrés de la Division O sont des services spécialisés dirigés par la GRC et composés de multiples organismes fédéraux, provinciaux et municipaux d’application de la loi. Leur travail touche divers domaines qui vont de l’intervention frontalière et maritime aux enquêtes par des experts des marchés financiers et de la contrefaçon.

Le soutien des partenaires policiers et la mise sur pied d’équipes multidisciplinaires permanentes contribuent à l’efficience et à l’efficacité des efforts déployés.

Les opérations de la Division O comprennent les services intégrés suivants :

Unité mixte d’enquête sur le crime organisé (UMECO)

Opération conjointe dont le mandat est de mettre au jour le crime organisé, d’enquêter sur celui-ci, de le démanteler et de le perturber, et de le poursuivre en cour.

Groupe de travail régional de Cornwall

Il s’agit d’une équipe intégrée, située à Cornwall, en Ontario, qui est composée de membres de la Police provinciale de l’Ontario, du Service de police mohawk d’Akwesasne (SPMA), du ministère du Revenu de l’Ontario (MRO) et de la GRC.

Elle a comme mandat d’appliquer la loi le long des frontières contrôlées et non contrôlées, de recueillir des renseignements, d’interdire la contrebande, et de mener des enquêtes criminelles relatives aux activités illégales connexes. Le Service des poursuites pénales du Canada (SPPC) et Justice Ontario (ministère du Procureur général) sont d’autres organismes qui soutiennent le Groupe de travail régional de Cornwall.

Équipe intégrée de la sécurité nationale (EISN)

L’EISN se compose de représentants de la GRC, de partenaires et d’organismes fédéraux ainsi que de services de police provinciaux et municipaux. Cette équipe spécialisée recueille, analyse et échange des renseignements afin de déceler les groupes terroristes ou les individus qui menacent la sécurité nationale, d’enquêter sur eux et de perturber leurs activités.

Groupe de la mobilisation des communautés (GMC) de l’EISN

Le GMC est une division de l’EISN régionale de l’Ontario établie à Toronto. Ses membres travaillent de près avec les services de police compétents et diverses collectivités de la Région du Grand Toronto (RGT) et du District du Sud-Ouest de l’Ontario. Le GMC de l’EISN a pour but de renforcer les relations avec les collectivités et d’établir un lien de confiance avec les groupes vulnérables afin de mieux faire connaître la menace à l’égard de la sécurité nationale du Canada et d’aider les collectivités à renforcer la résilience face à l’extrémisme violent.

Le GMC travaille depuis peu de temps à l’adoption d’un cadre de prévention qui englobe la recherche fondée sur des données probantes et qui vise à comprendre la « résilience personnelle ». Il travaille à la mobilisation des collectivités par l’entremise des services de police compétents à l’appui d’initiatives communautaires appuyées par les forces policières.
Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet des efforts déployés par le GMC, veuillez consulter les liens suivants :

Pour communiquer avec l’équipe de la RGT et du District du Sud-Ouest de l’Ontario, veuillez faire parvenir un courriel à :

ODiv_INSET_Community_Outreach@rcmp-grc.gc.ca.

Groupe tactique d’intervention en sûreté maritime (GTISM)

Le GTISM assure une capacité d’intervention d’urgence tant terrestre que maritime. Il représente un service intégré avec des partenaires provinciaux et municipaux, et il assure une expertise policière particulière qui s’étend au-delà des compétences normales.

Shiprider

Situé à Windsor et à Kingston, Shiprider est une initiative opérationnelle intégrée au chapitre de la sécurité et de l’application de la loi maritimes sur les voies navigables communes (intérieures et côtières) du Canada et des États-Unis. L’équipage des navires de Shiprider est constitué d’agents d’application de la loi spécialement formés et désignés du Canada et de la garde côtière américaine qui sont autorisés à faire appliquer la loi des deux côtés de la frontière internationale. Ce programme procure un moyen plus efficace d’assurer la sécurité des deux côtés de la frontière tout en respectant les droits des citoyens et la souveraineté nationale de chaque pays.

Toutes les équipes sont souples et peuvent s’adapter aux exigences et aux besoins, et elles harmonisent les ressources avec les priorités et les menaces les plus importantes en vue d’exercer le plus grand impact possible. Elles s’intègrent avec d’autres organismes municipaux, provinciaux, fédéraux et étrangers d’application de la loi afin de mettre en commun les ressources et l’expertise requises face à la portée et au degré de sophistication des groupes criminels.